Not So Geek, la culture geek d’aujourd’hui et de demain

Conception graphique, éditoriale du magazine Not so geek, le magazine qui met en avant la culture geek d’aujourd’hui et de demain.

Postes occupés Outils utilisés Compétences acquises  Lien du projet
Graphiste InDesign Mise en page sur InDesign Feuilleter le magazine
Chef de projet Outils de travail collaboratif Gestion d’équipe (7 personnes) et des délais

Chargée de la gestion de projet et de la conception de la charte graphique, j’en retire de nombreuses compétences et qualités de travail devant lesquels la rigueur et l’exigence.

Concept du magazine

Le public néophyte dans les technologies du numérique se fait une idée mystique des passionnés de ce domaine, qu’il nomme “geeks”. L’idée est alors de détruire le mythe du “geek”, de l’informaticien, du spécialiste technique.

Découvrir les personnalités travaillant dans le domaine numérique, découvrir la “culture geek” authentique, découvrir les métiers du domaine et décrypter l’actualité numérique : tels sont les ambitions du magazine.

C’est aussi l’occasion de s’intéresser à un problème majeur du secteur numérique : l’inégale représentation des sexes.

Le magazine cible ainsi un public de jeunes adultes (18-30 ans), mixte, néophytes dans les technologies du numérique.

Charte graphique : polices, palette et mise en page

 

Futura, Paul Renner (Bauer), 1927

Nous avons choisi deux polices du domaine public :

Futura, créée en 1027 par Paul Renner pour les titres. Elle rompt véritablement avec les polices classiques de son époque et casse la continuité en affirmant un nouveau mode d’écriture : l’écriture géométrique.

Caslon, créée vers 1734 par William Caslon, pour le corps du texte. Plus précisément, c’est sur Caslon Libre, sa version moderne, que  s’est porté notre choix.

Dans la continuité du magazine Usbek et Rica, dont nous aimions beaucoup l’identité graphique, la palette de Not so geek varie au fil des numéros. L’image de couverture marque donc le ton.

Chemin de fer

Ci-dessous, les gabarits de quelques pages du magazine. Nous sommes partis des quatre colonnes classiques avant de nous tourner vers une mise en page en deux colonnes et en petits paragraphes. Le but est ainsi de faciliter la lecture des articles, compte tenu de notre cible.

Magazine en ligne

La présentation détaillée du projet est disponible sur le diaporama dynamique ci-dessous.

Enfin, une version numérique du magazine est disponible en cliquant ici ou ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *